RECRUTEMENT D’UN CONSULTANT POUR LE SYSTEME DE RECEPTION, DE TRAÇABILITE ET DE TRANSPORT DES ECHANTILLONS

  1. Contexte et justification

 

Le projet REDISSE s’inscrit dans les efforts des pays de l’Afrique de l’Ouest contre l'extrême pauvreté soutenus par la Banque mondiale. Les maladies transmissibles et non transmissibles affectent fortement la santé, l'éducation et les revenus potentiels des populations. Cet impact est encore plus accentué dans les couches les plus vulnérables de la population. D’où la nécessité d’intervention visant à réduire le fardeau économique de ces maladies dans le pays.

 

Ce projet s'inscrit également dans la stratégie d'aide à l'intégration régionale (RIAS) pour l'élaboration d'interventions coordonnées de fourniture de biens publics ainsi que la priorisation du secteur de la prévention et du contrôle transfrontalier des maladies. Il s'aligne ainsi dans divers stratégies et politique de développement de la Mauritanie notamment la Stratégie de Croissance Accélérée et de Prospérité partagée (SCAPP), qui couvre la période 2016-2030,Le Plan National de Développement Sanitaire (PNDS) et le Programme National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire (PNIASA). Le projet REDISSE contribue à la mise en œuvre du RSI (2005) en étant  considéré comme une contribution aux besoins de financement global du Code sanitaire des animaux terrestres de l'OIE, du programme « Une seule santé », du Programme d’action pour la sécurité sanitaire mondiale, de la couverture de santé universelle et de la réalisation des objectifs de développement durable (ODD).

Pour la Mauritanie, le Projet REDISSE doit servir de porte d’entrée pour réconforter la mise en œuvre de la Plateforme ‘’One Health’’ afin d’atteindre les objectifs du Règlement Sanitaire Internationale(RSI).

L’objectif visé est d’assurer la conduite concertée et coordonnée d’activités prioritaires devant aboutir à l’amélioration (renforcement) des compétences de prévention, détection, et de riposte  afin de réduire l’incidence des zoonoses en particulier en vue d’améliorer la productivité du cheptel, et des autres maladies émergentes et réémergentes en général.

Ces activités doivent être menées par des structures techniques efficientes et opérationnelles, avec personnel qualifié et suffisant, structures sanitaires aux normes, systèmes de surveillance performants, équipements, logistiques, formation, etc.) et soutenues par  une communication qui se structure autour de cinq composantes fondamentales : (i) Systèmes de surveillance et d’information; (ii) Renforcement des capacités de laboratoire; préparation et d'intervention d'urgence; Gestion des ressources humaines pour la surveillanceefficace des maladies et la préparation aux épidémies et (v) Renforcement des capacités institutionnelles, gestion de projet, de coordination et de plaidoyer.

Le projet a pour ambition de mettre en œuvre des méthodes permettant de :

  • Améliorer l’accès à un transfert rapide d’informations sanitaires ;
  • Conduiredes programmes efficaces sur le plan local, coordonnés et durables de surveillance des zoonoses ;
  • Menerune recherche axée sur la connaissance de la biologie et de l’épidémiologie deszoonoses : recherche appliquée et appropriée  pour répondre aux besoins.

Le  transport des échantillons représente un point critique dans le système de surveillance tant au niveau de la conservation des prélèvements qu’au niveau de la biosécurité et biosûreté notamment dans le cadre de suspicions des zoonoses.

Le renforcement du système de surveillance passe inéluctablement par une amélioration du système de transport des échantillons et une réduction des risques de dissémination des agents pathogènes depuis le terrain jusqu’au laboratoire.

  1. Objectifs de la consultation :
    1. Objectif global

Il s'agit de recruter un consultant pour rédiger les manuels et les guides de bonnes pratiques pour tout ce qui est en rapport avec les échantillons et proposer un système d'acheminement des échantillons. Le consultant va travailler en étroite collaboration avec la DSV, la DLM,  les laboratoires de l’ONARDEL et de l’INRSP ainsi qu’avec le personnel de surveillance au niveau des DRASS et Délégations régionales du MDR/

    1. Objectifsspécifiques
  • Faire un état des lieux du système de transport existant et de la règlementation en vigueur
  • Elaborer un système de transport formel et des circuits non formels sécurisés et conforme aux normes internationales de transport des échantillons.
  • Proposer une procédure définissant la marche à suivre dans les cas exceptionnels d’accident mettant en cause ces matières infectieuses
  • Identifier les ressources humaines chargées de la préparation et de l’envoi des échantillons à tous les niveaux
  • Former ou identifier les modules de formation nécessaires pour le personnel impliqué
  • Editer des guides de bonnes pratiques sur la biosécurité, l’acheminement, la conservation et la catégorisationdes échantillons.
  • Ressortir les écarts à tous les niveaux (ressources humaines, logistiques, réglementaires, matériels et équipements…) et proposer des solutions pour combler ces écarts
  • Proposer un plan d’action et une feuille de route pour un système de transport des échantillons sécurisé
  • La durée du contrat est de 30  jours effectués en  missions de terrain et des séances de travail avec les Directions centrales et laboratoires.
  1. Résultats attendus de la consultation :

Au terme de sa mission, toutes les activités citées, ci-dessous, sont mises en œuvre et exécutées :

  1. Un Rapport détaillé sur la situation du système de transport des échantillons dans tout le pays, avec ses forces et ses faiblesses, est élaboré et disponible pour les décideurs.
  2. Des solutions d’amélioration du système de transport des échantillons sont proposées
  3. Un plan d’action et une feuille de route pour un système de transport des échantillons sécurisé sont élaborés
  4. Un guide de bonnes pratiques sur la biosécurité et l’acheminement et conservation des échantillons sont édités.
  5. Les différents produits livrables sont validés par les Directions concernées par l’étude.
  1. Qualification du Consultant :
  • Diplôme supérieur en médecine vétérinaire, en Médecine, biologie, sciences animales ou équivalent.
  • Justifiant d’une expérience professionnelle d’au moins de 10 ans ;
  • Avoir conduit des études similaires dans le domaine de la biosécurité et biosûreté
  • Une expérience dans le système des Nations Unies serait un atout des atouts.
  • Maîtrise de la langue française.
  • Maîtrise de l’outil informatique

 

  1. Déroulement de la consultation :
  • Prise de contact avec l’UCP du REDISSE-III
  • Séances de travail avec les Directions centrales et laboratoires concernées
  • Visites de terrain
  • Restitutions
  • Rapport
  • Validation du Rapport

 

 

 

 

 

RECRUTEMENT D’UN CONSULTANT POUR LE SYSTEME DE RECEPTION, DE TRAÇABILITE ET DE TRANSPORT DES ECHANTILLONS

 

 

5 December 2019